prieure_bouchaud_septembre_2_edited.jpg

En attendant l'automne 2021

Alors qu’approche à grands pas, la saison d’automne, le prieuré Notre Dame des Champs à Bouchaud en Arles vous témoigne de son attention et de ses prières, pour vous et pour ceux qui vous accompagnent. C’est également l’occasion pour revenir sur la fête de l’assomption que nous avons célébrée avec toute la dévotion qui est la nôtre notamment en cette période. De même nous avons eu le bonheur de fêter notre prieur, le père Henri QUENTEL pour son très joyeux anniversaire. Enfin nous évoquons par là même l'arrivée dans notre salle de prière d'une nouvelle statue dédiée à la vierge Marie.

prieure_bouchaud_septembre_3.jpg

La nouvelle statue de la Vierge de la chapelle du prieuré de Bouchaud

 

Le Père Serge Lommel a écrit le texte suivant sur l’Assomption :

 

Nous venons de fêter l’Assomption de la Vierge Marie, qui est comme le sommet de l’été. Nous avons lu comme chaque année le texte d’apocalypse 12, qui évoque le grand signe de la femme revêtue du soleil face au dragon rouge feu.  Ce texte évoque l’hostilité, l’antagonisme de la femme avec le serpent annoncée dans le livre de la genèse après la chute, je mettrai l’hostilité entre la femme et toi, entre ta descendance et sa descendance Gn 3,15. 

 

La suite du récit du texte de l’Apocalypse évoquait le temps où la femme trouvait un refuge au désert, après que son fils, qui doit gouverner le monde entier, fut enlevé au ciel. Cette période est selon la trame historique, le temps après l’Ascension et la Pentecôte où Marie se retrouve sans mari et sans enfant. Elle fait ainsi partie, avec les orphelins, des personnes les plus vulnérables et les plus pauvres de la société.  On a vu dans le geste de Jésus de donner l’apôtre Jean comme fils à sa mère, « Mère voici ton fils, fils voici ta mère », l’expression de la maternité universelle de la Vierge Marie, mais le sens premier était sûrement pour Jésus de prendre soin de l’avenir de sa mère.

On peut s’étonner du décalage entre l’extrême vulnérabilité de la Vierge Marie, et la majesté du signe, son pouvoir sur le dragon. Elle faible, mais Dieu la soutient elle est inébranlable Ps 45,6.

Le texte nous dit que le dragon la poursuit de sa haine et vomit un fleuve contre elle, mais la terre lui vient au secours et engloutit ce fleuve.

On a vu dans ce fleuve d’eau, toutes les hérésies qui essayent ou ont essayé de dissoudre la foi, d’en faire quelque chose d’inconsistant et de mondain. Notre époque n’est pas en reste, on dirait qu’on veut détruire l’humanité dans tous les sens de ce terme. On peut penser aux lois bioéthiques, la théorie du genre, la vaccination covid pour les enfants.

 

La femme reçut les deux ailes du grand aigle pour voler au désert au désert où Dieu lui a préparé un refuge, où loin du serpent elle doit être nourrie un temps et la moitié d’un temps. Si les situations sont bloquées, la mise à l’écart, la contemplation peuvent refaire les forces et trouver, retrouver un dynamisme nouveau puisé à la source divine. Cette fuite au désert a été l’origine de nombreux renouveaux dans l’histoire de l’Église. Que nos déserts soient aussi des occasions de renouveaux par cette rencontre intérieure avec Dieu.

Père Serge Lommel

prieure_bouchaud_septembre_5.jpg

En Août dernier, nous avons également célébré un très joyeux anniversaire au Père Henri Quentel

prieure_bouchaud_septembre_4.jpg